Malgré une législation contraignante, une eau contenant des pesticides peut par dérogation être distribuée sur le réseau.

De plus, le chlore utilisé pour la désinfection de l’eau étant un puissant oxydant, une molécule peut ne pas être retrouvée mais transformée en quelques uns des plus de 200 sous-produits de chloration connus, dont beaucoup sont autant sinon plus toxiques que la molécule de départ.

Limitez la quantité de pesticides dans votre eau : allez sur le site du ministère de la santé et vérifiez les analyses de l’eau pour votre commune. Remontez vers les analyses précédentes jusqu’à afficher une analyse complète incluant les pesticides, les hydrocarbures et les métaux.

Même si votre eau présente une conformité bactériologique et physico-chimique, installez un filtre à charbon, à visser sur le robinet ou installer derrière ou sous l’évier. Cela permet d’éliminer une grande partie des sous–produits de la chloration, dont certains sont cancérigènes, et d’arrêter plus de 90% des bactéries, parasites ou virus en cas de contamination de l’eau, ce qui est plus fréquent en période estivale. Respectez le temps d’utilisation de chaque cartouche. Si votre eau contient trop de nitrates, ou des résidus de pesticides, ou des traces d’hydrocarbures, seule une filtration spécifique ou par osmose inverse permet d’éliminer totalement ces toxiques.

Le plomb : si votre eau est captée en zone calcaire, les canalisations subissent un dépôt (entartrage) qui évite le passage de composants de la canalisation vers l’eau distribuée. Si par contre votre eau est corrosive (conductivité <200µS/cm), et qu’il reste des parties de canalisations en plomb, ce plomb peut se dissoudre dans l’eau et la contaminer.

Le plomb est 5 fois mieux absorbé par l’intestin des enfants que par celui des adultes. Il peut altérer définitivement le développement neurologique et intellectuel des enfants.

Eliminez le plomb : surtout si votre habitation date d’avant 1949. Le constat de risque d’exposition au plomb (CREP) est obligatoire lors de la vente ou de la location. Si votre arrivée d’eau est en plomb, changez-la pour du cuivre ou du polyéthylène noir à liseré bleu.

L’aluminium est utilisé sous forme de sulfate d’aluminium dans les stations de traitement de l’eau brute pour clarifier l’eau potable (alun) en capturant la matière organique. Il contamine encore l’eau bue par 15 millions de Français, alors que cet aluminium est particulièrement bio-disponible et déterminant dans l’augmentation de l’incidence de la maladie d’Alzheimer ainsi que d’autres maladies neuro dégénératives, même au dessous de la limite réglementaire de 0,50µg/L.

Eliminez l’aluminium de l’eau en la filtrant avec un filtre au charbon ou céramique, ou avec l’osmose inverse, ou au pire buvez de l’eau de source en bouteille mais celles-ci ont un impact environnemental non négligeable et le Polyéthylène Térephtalate du contenant se dégrade au soleil ou avec le temps.

L’aspartame : les boissons light à l’aspartame favorisent les fausses couches et les accouchements prématurés ; le risque augmente avec la dose. Les études sur le rat ayant permis la mise sur le marché de l’aspartame ont montré des effets cancérigènes qui ont été camouflés ; la cancérogénicité est suspectée chez les humains.

Evitez l’aspartame et tous les édulcorants de synthèse. Ne buvez aucune boisson « light ». Si vous buvez autre chose que de l’eau, ne buvez que des 100% purs jus de fruits en quantité modérée. L’académie américaine de pédiatrie recommande au maximum un pur jus de fruits pendant l’enfance. Vous pouvez boire du thé ou un peu de vin. Préférez le thé vert, blanc ou Roïbos, sans théine, ou les infusions plutôt que le thé fermenté (noir). Si vous buvez du café, surtout sans cigarette, il ne semble pas y avoir de problème jusqu’à 5 tasses par jour.

Evitez les sodas et boissons sucrées qui, surtout associés à la sédentarité et au temps passé devant un écran, contribuent à l’épidémie d’obésité et au diabète.

Quant aux boissons alcoolisées, en dehors de leurs effets propres sur le système nerveux et digestif, elles favorisent l’absorption de nombreux toxiques. Faites-vous aider si vous en consommez plus de 2 verres standard par jour.

Publicités